Mesures institutionnelles

Le cadre juridique énergétique national repose désormais sur deux lois phares, à savoir la loi 13-09 modifiée et complétée par la loi 58-15 relative aux énergies renouvelables et la loi 47-09 relative à l’efficacité énergétique. Par ailleurs, le dispositif institutionnel a été renforcé par la création de nouvelles institutions, comme MASEN, l’AMEEIRESENSIE et le Fonds de Développement Énergétique.
De nouvelles réformes ont été engagées récemment pour assurer un déploiement opérationnel de la stratégie énergétique, encourager les investissements privés et pour promouvoir la création d’emplois. Il s’agit essentiellement :

  • Développement de l’utilisation à grande échelle du Photovoltaïque (PV) dans le résidentiel et le tertiaire raccordés en basse tension ;
  • Ouverture de la moyenne tension pour permettre le développement de projets de centrales solaires photovoltaïques dont la production est destinée aux consommateurs raccordés en moyenne tension ;
  • Mise en place de programmes d’accompagnement en matière d’intégration industrielle et de Recherche et Développement (R&D) dédiés au PV ;
  • Introduction à grande échelle du gaz naturel dans le mix énergétique ;
  • Mise en place d’une Autorité indépendante de Régulation de l’Énergie qui constitue un signal fort de modernisation du secteur et d’indépendance par rapport aux opérateurs du secteur électrique ;
  • Renforcement du cadre réglementaire relatif à l’efficacité énergétique.

Mesures d’accompagnement

Au-delà des aspects réglementaires et institutionnels, la stratégie énergétique intègre également les axes économiques et sociaux, et ce à travers le développement de plusieurs volets :

  1. Volet Intégration industrielle et appui au secteur privé

    Cet aspect constitue une préoccupation majeure de la stratégie Energétique marocaine, avec le principal objectif de contribuer au renforcement des capacités et au développement des compétences industrielles dans les domaines du solaire et des technologies vertes.Cette stratégie encourage l’intégration du tissu industriel local et facilite en parallèle l’installation de grands groupes internationaux. Des incitations financières, ainsi que l’encouragement de la création de lignes de crédit dédié aux Energies Renouvelables et à l’Efficacité Energétique viennent booster ce marché en voie de développement. Des organisations professionnelles, des industriels se mobilisent pour diffuser la culture de l’innovation et de l’entreprenariat à tous les niveaux de la chaine de valeur des technologies vertes.

  2. Volet Formation

    Le Ministère de l’Énergie, des Mines et du Développement Durable a entrepris, en collaboration avec le Secrétariat D’état Chargé de la Formation Professionnelle, la réalisation des études préparatoires à la création de trois Instituts de Formation aux Métiers des Énergies Renouvelables et de l’Efficacité Énergétique (IFMEREE) à Oujda, Tanger et Ouarzazate. Le premier Institut a ouvert ses portes à Oujda en fin 2015. Le référentiel de compétences ainsi que le programme de formation continue au profit des formateurs ont été élaborés avec l’équipe Technique de la GIZ.

    Pour accompagner la politique du Royaume en matière d’énergies renouvelables,l’OFPPT se mobilise également pour promouvoir l’entrepreneuriat et l’employabilité dans ce secteur. Il s’est fixé comme mission principale de former, guider et accompagner les porteurs de projets dans la réalisation de leurs projets énergétiques.

  3. R&D et Innovation

    La R&D représente une composante majeure de la stratégie marocaine. Le Maroc ambitionne de se positionner comme un hub technologique entre l’Europe et l’Afrique. Ainsi, un effort important a été déployé pour soutenir la recherche dans le domaine des énergies renouvelables, en l’occurrence à travers :

  • La création de l’Institut de Recherche en Énergie Solaire et Énergies Nouvelles (IRESEN), qui a un rôle de centre de recherche et d’agence de moyens qui cofinance des projets collaboratifs de recherche appliquée. Ces derniers sont dédiés aux technologies des énergies renouvelables et impliquent aussi bien les entreprises que les universités marocaines et étrangères ;
  • Le mise en place de plateformes de recherche tels que le Green Energy Park sous l’égide d’IRESEN et la plateforme R&D de Ouarzazate sous l’égide de MASEN ;
  • Le renforcement des capacités et le réseautage des chercheurs marocains actifs dans le domaine des énergies renouvelables à l’échelle nationales et internationales ;
  • L’appui à l’innovation et à la création d’entreprises innovantes, en l’occurrence à travers un ensemble d’instruments développés par le cluster solaire.